Make your own free website on Tripod.com

Menu & infos


 accueil

 dossiers
 lexique
 liens
 bibliographie
 contact


<< précédent
 suivant >>

 

 

La structure du globe

La croûte terrestre

La croûte (également appelée écorce) terrestre ne constitue que 0,7 % du volume de la Terre, et 0,4 % de sa masse. Pourtant, c'est celle-ci qui porte la lithosphère, l'hydrosphère et la biosphère. Cette fine couche sépare le manteau brûlant de l'atmosphère gazeuse. Il s'agit de la partie superficielle du globe, composée de roches refroidies et solidifiées.

L'épaisseur de l'écorce terrestre est très variable : entre 10 km (croûte océanique) et 70 km (maximum de la croûte continentale).

A la limite entre la croûte terrestre et le manteau, se situe la discontinuité de Mohorovicic (ou Moho), où la densité augmente de 2,9 à 3,3 cm3. Cette zone se situe entre 10 km (sous les surfaces océaniques) et 35 km (sous les ensembles continentaux).

  épaisseur âge (MA) composition moyenne
croûte océanique 7 à 12 < 200 basaltique
croûte continentale 30 à 70 3 800 maxi granitique
 

Structure de la croûte océanique :

D'après les enregistrements sismiques ainsi que les forages, on a pu mettre en évidence trois couches majeures composant la croûte océanique :

  •     la couche 1 : constituée de sédiments. Son épaisseur varie fortement, selon le type de relief sous-marin (quasi-absente au niveau des dorsales, mais pouvant atteindre plusieurs milliers de mètres sur les bordures continentales);
  •     la couche 2 : formée de basaltes (épaisseur moyenne : 1,5 km);
  •     la couche 3 : la moins bien connue, étant donné que, pour le moment, aucun forage n'a pu atteindre ce niveau. On suppose que son épaisseur avoisine les 5 km et qu'elle est composée de gabbros (roches basaltiques cristallisées). En dessous, les péridotites (composant le manteau) annoncent la limite inférieure de la croûte océanique.

Coupe à travers la croûte océanique

 

Structure de la croûte continentale :

Cette croûte est, de loin, beaucoup moins homogène que la précédente. Cela est dû aux effets de soulèvement, d'érosion, d'inversion parfois, des couches la composant. Cependant, on peut observer ici encore trois niveaux :

  •     la croûte superficielle : d'épaisseur variable (jusqu'à plusieurs milliers de mètres dans les grands bassins sédimentaires), elle se compose de roches sédimentaires et/ou de roches volcaniques. Parfois, l'érosion a entièrement fait disparaître cette couche;
  •     la croûte supérieure : constituée de roches métamorphiques et magmatiques. On peut parfois observer l'affleurement de cette couche, provoqué par l'érosion. C'est notamment le cas des massifs anciens (Massif Central, par exemple).
  •     la croûte inférieure : du fait de sa profondeur (15 km), c'est la couche la plus mal connue. Elle est composée de roches métamorphiques.

        Coupe à travers la croûte continentale

 


 
© 2005 - Eric MAESTRE - Tous droits réservés